Plastique irrégulier

©

7 octobre 2011

7 octobre 2011

Le mercredi 5 octobre, nous complétons, avec succès, la deuxième station longue de cette étape entre Honolulu (Hawaï) et San Diego (Californie). Le second échantillonnage du Manta trawl (filet de surface qui sert à recueillir le plastique) est moins chargé en plastique que celui que nous avons effectué la veille.

Entre temps, dans le laboratoire sec, le scientifique Jérémie Capoulade observe, stupéfait, la présence d’une bille siliconée à l’intérieur d’un échantillon planctonique collecté en surface. Il fait appel à Benedetto Barone pour l’aider à identifier cet intrus et s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un étrange organisme. En effet, la gouttelette d’eau que Jérémie a placé sous son microscope contient du plastique, présence improbable dans un échantillon aussi petit.

Le jeudi 6 octobre, nous changeons finalement de cap et partons vers l’est en remontant le vent. Sur le pont, les jumelles sont à portée de mains. Nous continuons d’apercevoir des macro-débris de plastique qui dérivent de façon anarchique. De manière générale, nous voyons moins de déchets que les deux premiers jours passés à l’intérieur du gyre (tourbillon marin). Cela confirme le taux irrégulier de plastique mis en évidence au travers des observations effectuées par l’Algalita Marine Research Foundation. Alors que nous nous déplaçons vers le centre du continent de plastique, nous gardons les yeux ouverts.

 

Andres Peyrot.