Premiers essais en mer

©

21 juillet 2009

Premiers essais en mer

Les reflets de l’eau du port de pêche de Keroman, comme un miroir, renvoient l’image de Tara. Le destin nous a amarré au quai « Pourquoi pas ? »,  grand navire d’exploration polaire du début du siècle, commandé par Charcot, précurseur dans  la découverte et la connaissance des régions extrêmes de notre planète.

Pour l’instant, la priorité est donnée à la mise en route des moteurs de propulsion ainsi que des groupes électrogènes. En même temps, le matériel de sécurité, révisé, est mis en place à son poste de navigation. Les voiles neuves sont lattées et mises en place. Du fait des dernières modifications, les soudeurs oeuvrent jusqu’au bout afin de peaufiner les soudures sur le pont pour que nous puissions le peindre. Le choix dans la couleur de cette peinture est primordial. Trop blanche, elle serait trop agressive quand le temps est ensoleillé. Pour la rendre antidérapante, elle est mélangée avec du sable, ce qui sécurise les manœuvres sur le pont. 

Ce w-e, après avoir passé du temps à tester le nouveau système de refroidissement des moteurs à quai, le temps est venu de faire le premier essai dans la passe de Lorient, les conditions climatiques ne nous permettant pas de faire des sorties plus loin en rade. Accompagné de la vedette des lamaneurs de Lorient, venue nous escorter en cas de défaillance mécanique, nous avons pu tester les moteurs de propulsion et s’assurer ainsi de leur fiabilité. Le lendemain, venus d’Allemagne, nous avons accueilli les scientifiques de l’EMBL. Ils ont pu à cette occasion, apporter du matériel qui complétera celui déjà installé à bord et nous attendons prochainement les scientifiques représentant les autres laboratoires nationaux et internationaux.

La semaine prochaine, les essais vont être portés sur le gréement qui lui aussi a été vérifié,  certaines pièces ayant été changées. Nous allons aussi profiter de ces sorties afin de former les nouveaux venus de l’équipage aux manoeuvres sous voile. Après cette semaine d’essais à la mer, nous rejoindrons les pontons de la Cité de la voile Eric Tabarly afin de participer à la manifestation nautique de la course du Figaro et organiser des visites du navire ouvert au public durant le week-end.

Peu à peu,  nous retrouvons notre de vie de marin, le bateau redevenant cet espace de vie que nous lui connaissons. Les affaires retrouvent leurs places dans les entrailles de la baleine,  ravivée de cet élan d’énergie insufflé par le prochain départ. 

Hervé Bourmaud, capitaine de Tara