Prince Albert II de Monaco : Tara fait comprendre et aimer la mer

©

13 février 2014

Prince Albert II de Monaco : “Tara fait comprendre et aimer la mer”

S.A.S. le Prince Albert II de Monaco a dirigé en avril 2006 une expédition au pôle nord afin d’alerter l’opinion publique sur le problème du réchauffement climatique. Interview parue dans le Journal Tara, spécial 10 ans.

Quel est aujourd’hui votre état d’esprit à l’égard de la question du changement climatique. La prise de conscience au niveau mondial vous paraît-elle suffisante ?

S.A.S le Prince Albert II de Monaco : Je suis plus que jamais sensible à cette question cruciale. Les enjeux en sont énormes et la tâche est immense. Car les dernières données sur la fonte des glaces de l’Arctique en 2012 rejoignent les scénarios les plus sombres. Mais, dans le même temps, la connaissance sur les changements climatiques et leurs effets a beaucoup progressé. Je pense en particulier à l’acidification des océans, sur laquelle je suis également mobilisé avec ma Fondation. En termes de sensibilisation, des progrès ont également été accomplis auprès des sociétés civiles.

Néanmoins, après l’échec de la Conférence de Copenhague en 2009 et avec la crise économique, beaucoup de gouvernements ont relégué les priorités environnementales derrière les enjeux économiques et sociaux, même si l’on constate des efforts dans le domaine de l’efficacité énergétique, notamment de la part de grandes villes qui, aujourd’hui, réagissent. Dans ce contexte de prise de conscience assez généralisée, il est regrettable que les débats récents sur les gaz de schiste soient venus brouiller la visibilité sur les problèmes réels du réchauffement, laissant espérer une nouvelle source d’énergie bon marché, mais hélas productrice de gaz à effet de serre. Face à ces enjeux qui restent encore sous-estimés, il reste donc beaucoup à faire pour mobiliser pleinement opinion publique et gouvernements !

Tara célèbre cette année dix ans d’expéditions. Comment considérez-vous l’action du voilier polaire que vous soutenez par le biais de votre fondation ?

S.A.S le Prince Albert II de Monaco : Les chercheurs qui ont collaboré avec Tara ont insufflé beaucoup d’air frais aux expéditions scientifiques. Évidemment, et en premier lieu, parce que la goélette a exploré des pans entiers, totalement nouveaux, de la biologie des océans, comme les échanges gazeux entre l’océan et l’atmosphère, thème que les expéditions du Prince Albert Ier avaient, les premiers, permis d’explorer.

Tara a également dévoilé l’impact des pollutions plastiques en Antarctique et permis d’expliquer comment fonctionnent les écosystèmes océaniques. L’équipe a ensuite montré qu’avec un bateau relativement petit, il était possible de conduire une grande expédition scientifique avec un réel professionnalisme. Mais l’apport essentiel des scientifiques de Tara Oceans est bien sûr de s’être intéressé au plancton et d’avoir ouvert ainsi des perspectives scientifiques considérables. Leur intuition de départ était lumineuse ! Tara a aussi su utiliser ses expéditions comme des vecteurs de sensibilisation et d’éducation sur la grande complexité des écosystèmes marins et le rôle majeur qu’ils jouent pour le climat. Tara fait comprendre et aimer la mer ! La dernière partie de son grand tour du monde, le Tara Oceans Polar Circle en Arctique, revêt d’ailleurs un intérêt tout particulier. Car la connaissance scientifique, notamment en termes de biologie marine, de cette région du globe est encore largement méconnue. Les apports de Tara sont donc très attendus.

Comment entendez-vous poursuivre l’action engagée par la Principauté afin de sensibiliser les opinions publiques sur la question du réchauffement climatique ?

S.A.S le Prince Albert II de Monaco : Mon gouvernement est plus que jamais mobilisé dans les négociations internationales sur le climat et la biodiversité. Lors de la Conférence sur le climat qui aura lieu à Paris en 2015, il entend en particulier attirer l’attention de la communauté internationale sur la question de l’acidification des océans, que j’évoquais à l’instant. À plus brève échéance, il va aussi joindre ses efforts à ceux des autres pays qui souhaitent voir s’ouvrir des négociations pour la mise en place d’instruments juridiques concernant la Haute Mer dans le cadre de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer.

Au niveau de la Principauté, le gouvernement développe également une politique volontariste dans les domaines de l’efficacité énergétique et des transports. Ma Fondation est quant à elle un outil essentiel pour soutenir des projets innovants dans le domaine du climat, de la biodiversité et de l’eau. Tara en est un parfait exemple. Enfin, le Musée océanographique de Monaco permet de relayer et poursuivre ce travail de connaissance et de sensibilisation du public engagé par mon trisaïeul le Prince Albert Ier , il y a maintenant plus d’un siècle.

Michel Temman, rédacteur en chef du journal Tara “spécial 10 ans”