Quart de nuit

©

2 février 2010

Guillaume Bracq chef mécanicien à bord de Tara nous raconte un quart de nuit à bord de Tara, au mouillage au large de Djibouti.

“Être sur Tara est pour tous une part de rêve. Je voudrais, au travers de ces quelques lignes, vous faire partager un petit moment de vie à bord, un moment magique.

Nous sommes au mouillage. La pleine lune éclaire le bateau d’une douce lumière blanche. Cette nuit, pas besoin de lampe frontale pour faire le tour du bateau et s’assurer que tout va bien. J’ai d’ailleurs repéré un passager volant installé sur le balcon à l’étrave!

Sur notre tribord, on aperçoit les lueurs de Djibouti, on imagine l’agitation nocturne de la ville. Sur notre bâbord, les quelques lumières d’un petit village où tous doivent dormir. De temps à autre, les feux d’un cargo glissent sur l’horizon. Il part vers Bab El Mandeb, ou le Golfe d’Aden avec à son bord d’autres marins, d’autres gens, d’autres vies. Que transportent-ils? Les zébus que nous avons vus sur le quai ? Le ciment chargé avec d’énormes grues? Bientôt, les feux disparaissent dans la nuit, emportant leurs mystères.

Il n’y a plus un bruit de moteur à bord. Nous nous servons de nos batteries pour les quelques instruments qui ont besoin d’électricité. Ce silence après le ronronnement constant du groupe électrogène pendant de longues heures en journée est comme une grande gorgée d’eau fraîche quand on est assoiffé. C’est le signal bienveillant qu’il faut dormir, se reposer.

Une petite houle berce le navire. On entend le cliquetis des drisses le long des mâts. En tendant un peu l’oreille, on distingue le souffle sourd des brisants sur le platier de corail près de la côte.

Notre mouillage tient bien. La position de Tara oscille doucement, gribouillant d’une tâche rouge l’écran de notre carte électronique. Le sondeur semble s’être installé sur 27m. A la VHF, tout est calme.

Tout le monde dort à bord car les journées sont chargées pour les plongeurs scientifiques, pour Sam et Mathieu qui assurent leur sécurité en surface, pour Bertrand et Christophe qui nous ramènent des images ainsi que pour Olivier, Daniel, Julien et moi qui prenons soin du bateau.

J’aime ces quarts de nuit. Toute la beauté  du ciel et de la mer rien que pour moi. Le passage d’un petit nuage devant la lune nous plonge pour quelques instants dans l’obscurité, révélant de nouvelles étoiles.

Et puis les minutes se transforment en heures, et c’est le moment de réveiller le suivant… Ce sera à son tour de profiter de la nuit, du calme du mouillage et de la beauté nocturne des lieux. Il est temps d’aller se faire bercer dans sa bannette! Bonne nuit!”

Guillaume Bracq
Chef mécanicien de Tara