Que cherchons nous ?

©

15 septembre 2009

Que cherchons nous ?
 
Nous cherchons le minuscule, le méconnu, la base de la chaine alimentaire des océans du monde : les espèces qui constituent le plancton.
Oui, parce que le plancton, ce n’est pas une espèce en soi. Ce terme vient du grec planktos, qui signifie « dériver ». Le plancton c’est un ensemble d’animaux, de « plantes », de virus et de bactéries qui se laissent dériver dans les courants marins.

A bord, nous sommes équipés de plusieurs pièges à plancton : des filets et des filtres qui permettent de trier les organismes en fonction de leur taille et de les récolter séparément. Nous nous intéressons à 4 catégories :

-    Le phytoplancton. Généralement ce sont des organismes unicellulaires (1 seule cellule !) qui se développent en transformant l’énergie du soleil en matière vivante grâce à la photosynthèse, comme les plantes! (même si ce n’en sont pas au sens propre du terme).
-    Le zooplancton. Des animaux pluricellulaires et unicellulaires qui se nourrissent notamment du phytoplancton.
-    Les bactéries. Des organismes unicellulaires qui décomposent tous les déchets, les cadavres, les détritus des autres organismes qui flottent dans la mer.
-    Les virus. Ce sont les plus mystérieux. La communauté scientifique est même partagée sur le fait de les classer dans le vivant ou dans le non-vivant. Ils ont besoin de « contaminer » d’autres organismes, de la plus petite bactérie au plus gros des poissons pour se reproduire.

Attention toutes ces catégories ne sont pas si simplement définies ! Elles sont subdivisées en dizaines de nuances, nous avons essayé de définir des critères très généraux qui sembleront bien imprécis aux scientifiques.

Les spécialistes du plancton connaissent déjà des centaines d’espèces dans chacune de ces catégories, mais avec les nouvelles technologies de séquençage génétique, ils estiment possible de découvrir des millions d’espèces inconnues !

N’attendez pas chaque semaine l’annonce d’une nouvelle bactérie découverte par Tara. Il s’agit d’un travail long et minutieux qui sera effectué en laboratoire à terre.
Tara joue le rôle de « moissonneur des mers », en collectant sur son passage des brassées concentrées de spécimens, et en les conservant dans de petites éprouvettes placées dans des frigos.

Sacha Bollet