Souvenirs d’expédition, partie 1

©

19 mars 2012

Alors que l’expédition Tara Oceans touche à sa fin, jour après jour, photo après photo, les conversations du bord tournent de plus en plus autour des souvenirs. « Tu te rappelles aux Gambier… et en Antarctique les icebergs…. ».

Même si cette « expé » n’est pas finie, les réunions dans le carré ressemblent de plus en plus à des réunions d’anciens combattants ! Entre nostalgie, souvenirs encore bien présents et éclatements de rires, voici un peu de cette aventure. Chaque fois, les souvenirs d’un marin seront mis en parallèle avec ceux d’un scientifique.

Loïc Vallette, capitaine : 10 mois à bord.

Ton meilleur souvenir ?

- Loïc Vallette : « On est dans l’océan Pacifique et après un mois de mer dans de bonnes conditions et avec une super ambiance à bord, on arrive aux îles Gambier. On avait l’impression d’arriver au bout du monde. On s’en rendait compte, et ce qu’on voyait correspondait à ça. Un archipel perdu, un petit village, des paysages de rêve. Une gendarmerie avec deux gendarmes en poste. Les gens ne nous attendaient pas, le village était calme et l’accueil fut spontané. Il y avait une paix, une harmonie dans ce début de matinée hors du temps. Nous étions dans un délicieux flottement ». 

Qu’est ce que représente Tara pour toi ?

Loïc Vallette : « Tara je l’ai toujours connu en mode Tara Oceans puisque j’ai embarqué en cours d’expédition. C’est pour moi un bateau comme les autres, qu’il faut faire fonctionner et avancer ».

Y a t il un esprit Tara Oceans ?

- Loïc Vallette : « Tara Oceans ce sont beaucoup de gens qui défilent à bord, qui viennent de partout, qui se mélangent, qui se mettent au rythme du bateau. Ça va faire vraiment drôle quand ça va s’arrêter net à Lorient. Mais, même si le bateau sera à quai et que cette expédition sera finie, ça ne va pas s’arrêter. Des liens très forts ont été tissés, des amitiés qui vont perdurer. Et puis on attend les résultats ».

Emmanuel Reynaud, responsable du laboratoire optique embarqué : 2 mois et demi à bord.

Ton meilleur souvenir ?

- Emmanuel Reynaud : « Clairement l’arrivée aux Marquises dans le Pacifique. On venait de se prendre quinze jours de mer dégueulasse, et tu vois cette île avec son nuage au-dessus. C’était le seul nuage sur tout l’horizon. Le site était très beau. Le vent se calmait et la mer devenait très belle. On a fait une immersion de la rosette avant d’arriver. Et après nous avons rejoint l’île de Hiva Oa pour être au mouillage.

Mon pire souvenir c’était la tempête entre Beyrouth et Port Saïd en méditerranée. On avait 40 nœuds de vent dans le nez ! »

Qu’est ce que représente Tara pour toi ?

- Emmanuel Reynaud : « Tara est pour moi synonyme d’une expérience unique. On a fait à bord de ce bateau quelque chose que personne n’a fait : monter une plate-forme d’imagerie sur un bateau qui bouge !

En plus on était parti à « l’arrache » au début de l’expé et tout a tenu jusqu’au bout ! »

Y a t il un esprit Tara Oceans ?

- Emmanuel Reynaud : « Tara Oceans c’est différent de l’ambiance de labo. Tu apprends énormément surtout si tu n’es pas océanographe. La vie à quinze qui viennent de différents horizons, de différentes origines, de différents niveaux, c’est hyper enrichissant.

 

Propos recueillis par Vincent Hilaire