Sur la route d’Arctic Bay

©

1 octobre 2013

Après la station scientifique qui s’est achevée hier en début de soirée dans le Lancaster Sound, Tara a repris sa route dans la nuit de lundi à mardi pour Arctic Bay, un hameau inuit canadien. Avant cette nouvelle escale, l’équipe scientifique procèdera aujourd’hui à de nouvelles mises à l’eau dans le fjord qui conduit à ce bourg de 700 habitants. L’anticyclone bien établi sur cette zone nous permet de bénéficier de conditions climatiques très agréables pour ce début du mois d’octobre, mais aussi de nuits froides. La vigilance reste donc de mise pour éviter de se faire piéger par la glace dans les jours qui viennent avec ces fjords que nous allons traverser.

Malgré un soleil généreux, la station de prélèvements dans le somptueux Lancaster Sound avait mal commencé. D’abord, certaines pompes avaient gelé dans la nuit et donc les biologistes Céline Dimier-Hugueney et Julie Poulain qui procèdent au pompage puis à la filtration de l’eau de mer les ont passées à l’eau chaude.

Ensuite, c’est lors de la remontée du Régent*, que la série noire s’est vraiment confirmée. Dans un coup de roulis, le marin qui était au treuil a glissé et n’a pu arrêter le filet dans sa course ascendante. Dans un bruit sourd et lourd, le câble au bout duquel était le Régent s’est rompu. Bilan de cet incident : la perte du filet et du scanmar**.

Sur le pont arrière, les visages accusaient le coup. Mais comme toujours à bord de Tara, le positif et l’action reprenaient le dessus. C’est là où l’on voit les belles équipes. Dans ce moment peu agréable, où heureusement il n’y avait que des pertes matérielles, le marin qui était au treuil a été soutenu moralement.

Aujourd’hui au réveil tout cela était déjà très loin, après une nuit assez mouvementée à cause d’un passage venteux, le spectacle était d’entrée au rendez-vous avec un iceberg tabulaire taillé à la serpe. Les quinze membres d’équipage étaient sur le pont et les marins à la manœuvre pour approcher sans risque Tara de ce géant d’eau douce.

Après le Lancaster Sound, c’est la baie Admiralty Inlet qui nous enchante de ses paysages avec ces chaines de montagnes enneigées qui se terminent en forme de tables. Elles défilent de chaque côté de la timonerie (poste de pilotage de Tara) comme dans un film.

Ce soir, nous serons à Arctic Bay, dont le nom originel est « la poche » en inuktitut, la langue des Inuits. Le nom d’Arctic n’est venu qu’après en 1872 quand le baleinier éponyme a accosté un jour ici. Bien après les premiers Inuits qui avaient fait un jour le chemin pour venir ici d’Asie en passant par le détroit de Bering que l’on franchissait alors à pied…

Vincent Hilaire

* Régent: Grand filet pour capturer du plancton

** Scanmar:  Appareil océanographique permettant de connaître la profondeur à laquelle se trouve l’instrument immergé

Cliquez ici pour voir toutes les photos de l’expédition