TARA A LONDRES : CAP SUR LA COP21

© P.Planté/ Tara Expéditions

12 septembre 2015

Tout juste arrivés de Suède, Tara et son équipage ont pris amarrage dans la Marina de West India Docks, à deux encablures de la célèbre Tower Bridge de Londres.

Du 9 au 14 septembre, au beau milieu de l’une des plus grosses mégalopoles européennes, il est question de sensibiliser le plus grand nombre sur l’importance de la préservation de l’océan, en amont de Paris Climat 2015 : la conférence des Nations Unies sur le changement climatique aussi appelée COP 21. Mais au juste, que signifie « COP 21 » et quels sont les enjeux de cette conférence ?

©P.PLanté

©P.PLanté

La prochaine COP, autrement dite « Conférence des Parties », se déroulera à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. S’y rassembleront notamment les 195 pays signataires de la Convention sur le Climat des Nations Unies, des ONG, des associations, des entreprises et des groupements de scientifiques. Cette conférence sera la 21ème depuis sa création en 1995.

Son objectif : trouver un accord pour limiter à 2 degrés le réchauffement climatique, réduire les émissions de gaz à effet de serre, atténuer l’impact des activités anthropiques, permettre aux populations de s’adapter au changement climatique, inciter et soutenir au mieux, les pays du nord comme du sud dans la transition énergétique. Le dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat), publié en novembre, est alarmiste. Il prévoit une hausse des températures de 0,3 à 4,8°C d’ici 2100. Ce sommet est une véritable opportunité pour fixer, sur le papier, des objectifs en vue de limiter l’impact de l’homme sur l’environnement et sur l’Océan. Avant de porter haut et fort la voix de l’océan à Paris, pour rappeler aux décideurs et à tous son rôle clé dans la machine climatique, cette escale de Tara à Londres est un moment phare sur la route de la COP21.

Sylvie Bermann, Ambassadeur de France à Londres, n’a pas manqué de saluer l’escale de la goélette, sur les quais de sa ville d’adoption. Pour cette représentante de la France, la présence de Tara à Thames Quay devait être saluée. « C’est important cette rencontre à Londres, c’est l’une des dernières escales avant la COP21 mais c’est surtout le symbole d’une coopération scientifique très riche entre le Royaume-Uni et la France. Une coopération financière également, pas seulement au niveau des Etats, mais aussi des entreprises et de nombreuses institutions. » souligne-t-elle.

 

Sylvie Bermann, Ambassadeur de France à Londres

Sylvie Bermann, Ambassadeur de France à Londres. ©P.Planté

Si cette escale londonienne est un trait d’union entre les pays qui se réuniront à la COP 21, l’Ambassade de France au Royaume-Uni mobilise également le grand public à l’événement phare de cette fin d’année. « Nous avons organisé un cycle de conférences qui s’appelle « Road to Paris ». Il aborde différents aspects du changement climatique de façon à sensibiliser l’opinion publique bien entendu, mais aussi le monde des affaires et les étudiants. » explique Sylvie Bermann, avant de souligner que l’Angleterre attache une attention particulière à la préservation de l’écosystème marin qui l’entoure. « Le Royaume-Uni est non seulement concerné, mais possède des laboratoires scientifiques de renom, et comme la France, l’Angleterre sillonne les mers dans le but de protéger les océans. Je suis persuadée que la collaboration entre les différents Etats est primordiale en matière de recherche. »

Interrogée sur ce qui l’interpelle le plus dans la relation entre l’océan et le climat, elle répond : « Ce qui me frappe, c’est l’importance de la vie du plancton et le potentiel impact négatif du réchauffement climatique. L’écosystème marin est très important pour la vie sur Terre comme les résultats scientifiques émanant des expéditions de Tara le prouvent. L’océan mérite vraiment d’être pris en considération ».

 

Pauline Planté

Articles associés