Tara amarré au pied de Freedom Tower (NYC)

©

5 février 2012

Ce dimanche, sous un soleil généreux compensant à peine les 2° C ambiants, Tara a commencé vers 6h30 ce matin son approche finale de New York City.

Les premiers gratte-ciel ont commencé à surgir de l’horizon, crevant la surface d’un océan vierge pour nous de toute construction depuis onze jours. Nous étions encore à 25 miles nautiques de New York, environ 45 kilomètres.

Excitation sur le pont, premières photographies mais « Big Apple » se laissait encore un peu désirer. Un pilote à la barbe blanche est alors monté à bord pour nous escorter dans le dédale des îles new yorkaises. Manhattan commençait à pointer le bout de son nez.

Plusieurs d’entre nous vivaient leur première arrivée sur cette partie de la côte Est des Etats-Unis et, cerise sur le gâteau, par la mer.

Nous avons passé le pont de Verrazano (deuxième fois dans l’histoire de la goélette polaire que ce pont était franchit) conduit cette fois par notre capitaine Loïc Vallette. Avec peu de vent mais un courant assez fort, l’approche se faisait en douceur. L’occasion pour le pilote, le captain Thomas G. Britton, de faire un peu mieux connaissance avec l’histoire de Tara et d’être impressionné par le chemin déjà parcouru depuis le début de Tara Oceans, et par l’expédition de Tara en Arctique de 2006 à 2008.

Tout en contrôlant que nous embouquions bien la rivière Hudson sans se faire prendre par le trafic des ferries entre Staten Island et Manhattan, il nous a offert quelques cigares, signe de son admiration.

Puis nous avons entendu sur le pont « La Statue de la Liberté ! ». Il n’en fallait pas plus pour réveiller l’ardeur des paparazzis du bord engourdis par la fraîcheur matinale. Série de clichés devant le symbole américain internationalement connu puis Tara s’est engagé dans l’East River.

Le pont de Brooklyn Bridge, un tour devant le siège des Nations Unies, dans Upper Manhattan, pour une photographie souvenir historique.

Finalement, nous avons redescendu l’East River affalé les voiles, et pris la direction de Battery Park, pour la Marina de North Cove. La visite touristique s’achevait et la manœuvre finale se préparait. Installation des pare battages, mise à poste des amarres. Le courant rendait l’entrée de cette petite marina au pied de Freedom Tower, délicate. Après un tour d’observation Loïc Vallette et le pilote ont pris la direction de cette bouche d’entrée. Un dernier « virage » à bâbord et Tara était rapidement immobilisé le long d’un quai en bois, au pied de Ground Zero. C’est là que nous resterons pendant toute notre escale avant de repartir pour les Bermudes le 12 février prochain.

Vincent Hilaire