Tara sous les falaises de Malpelo

© Yann Chavance - Tara Expeditions Foundation

3 août 2016

Ce mardi matin à l’aube, Tara est arrivée après 36 heures de mer en vue de l’île colombienne de Malpelo pour débuter une semaine de plongées quotidiennes, avec comme cible pour la nouvelle équipe le plus gros poisson au monde : le requin baleine.

Après deux jours de navigation paisible entre le Panama et la Colombie, de surcroit avec un équipage réduit – dix personnes à bord seulement –, tout s’est accéléré dès l’ancre plongée dans les eaux colombiennes. Seulement quelques heures de mouillage au large de Buenaventura, le principal port du pays, pour faire monter à bord denrées fraiches, matériel de plongée… et nouveaux membres d’équipage. Avec comme impératif de limiter au maximum le temps passé à terre : au vu de la réputation sulfureuse de la ville, considérée comme la plus dangereuse du pays, l’équipe préféré ne pas s’attarder pour y faire du tourisme.

 

CREDITS YANN CHAVANCE - Samuel Audrain - Buenaventura-1
Samuel Audrain, capitaine, prépare la route que suivra Tara jusqu’à l’île de Malpelo © Yann Chavance / Fondation Tara Expéditions

 

C’est donc dès le lendemain de notre arrivée que Tara a remis les moteurs en marche, avec à son bord de nouvelles têtes, et d’autres bien connues, comme celle de Romain Troublé, directeur général de la Fondation Tara. Parmi les nouveaux-venus, Tane Sinclair-Taylor, biologiste marin (KAUST, Arabie Saoudite) qui s’occupera du marquage des requins baleine, une des raisons de notre présence à Malpelo. Equipé d’un fusil sous-marin, il fixera à la base de l’aileron des grands squales de petites balises GPS qui fourniront de précieuses informations sur le mode de vie et les déplacements des requins.

Sous l’eau, à ses côtés se trouveront Erika Lopez, plongeuse colombienne, et bien entendu Sandra Bessudo. La franco-colombienne est l’âme de Malpelo, à l’origine de sa protection. Depuis une trentaine d’année, elle consacre sa vie à la préservation de l’archipel, fondant en 1999 la fondation Malpelo. Enfin, pour ne pas manquer l’occasion d’étudier les récifs de ce sanctuaire sous-marin, Laetitia Hedouin (chargée de recherche CNRS, Criobe) et Luis Chasqui (biologiste marin colombien à l’Invemar) seconderont Emilie Boissin (coordinatrice scientifique Tara Pacific, Criobe) dans l’inventaire des coraux de Malpelo.

 

CREDITS YANN CHAVANCE - Départ Plongée - Malpelo-1
L’une des deux annexes quitte Tara pour la première plongée de la semaine à Malpelo © Yann Chavance / Fondation Tara Expéditions

 

C’est ainsi ce mardi matin que tout ce petit monde est arrivé face aux immenses falaises de l’île colombienne, sous les cris des milliers d’oiseaux de mer nichant à même la roche. A peine le temps de mettre les deux annexes à l’eau et d’amarrer Tara juste sous la falaise que l’équipe était déjà en combinaison, prête à tester le matériel et les conditions de plongée autour de l’île. En attendant de savoir si les requins baleines seront bien au rendez-vous… Réponse dans quelques jours.

Yann Chavance

Articles associés