Un Noël pas comme les autres

©

25 décembre 2011

Un Noël pas comme les autres

Alors que nos familles, amis et proches, de l’autre coté de la terre, se préparaient à un réveillon comme tant d’autres, un parfum d’exotisme flottait sur le pont de Tara, pour un Noël on ne peut plus insolite. Sous les cocotiers panaméens, bien difficile de se sentir en pleines fêtes de fin d’année !

Dans le va-et-vient incessant des départs et des nouveaux venus, nous voici douze passagers sur le pont pour fêter comme il se doit ce réveillon de Noël. Moins nombreux, sans station scientifique, ni problème mécanique à régler, l’atmosphère a changé sur Tara : plus calme, plus paisible.

Ce 24 décembre 2011, c’est dans une ambiance bonne enfant que chacun met la main à la pâte pour dresser une table digne de ce nom sur le pont arrière. Bougies, nappe, sucres d’orge et fausse neige, rien n’est de trop pour tenter de nous convaincre que nous fêtons bien Noël.

En cuisine, Céline ne chôme pas non plus pour nous offrir un dîner d’exception. Si le foie gras et la bûche sont bien présents, ce sont surtout de petites choses, insignifiantes pour le premier venu, qui marquent les esprits de ceux qui viennent de passer un mois en mer : Une baguette de pain frais, un plateau de fromage et même de vraies flûtes à champagne. Un repas de roi sur Tara, une introduction parfaite avant l’ouverture des cadeaux. Chacun avait prévu un petit quelque chose pour ses onze compagnons de mer. Des modestes présents, mais qui nous aurons tout de même occupé la majeure partie de la soirée. Pêle-mêle un chapeau de cow-boy, un bracelet traditionnel, une petite friandise ou encore un pistolet à eau, la plupart provoquant l’hilarité de toute l’assistance. Après cette soirée bien chargée en émotions, certains partirent terminer la fête dans les ruelles de Panama City, pour s’imprégner de l’ambiance survoltée de la capitale, tandis que d’autres préférèrent se reposer un maximum pour la journée du lendemain.

Car pour le jour de Noël, le capitaine nous avait réservé un dernier beau cadeau. Dès huit heures ce dimanche matin, Tara quittait sa zone de mouillage devant Panama City pour s’aventurer quelques miles plus loin, cap sur l’île Taboga. Accueillis par le soleil devant un petit village accroché au flanc d’une colline verdoyante, les allers et retours en zodiac se multiplièrent dès l’ancre jetée. Par petits groupes, l’équipe partit à la découverte de la jungle, photographiant mygales, colibris et grenouilles colorées, ou préférant explorer les minuscules ruelles du village. Ici, aucun touriste en vue en cette date un peu spéciale, et les habitants semblaient alors ravis de croiser les passagers de cet étrange bateau faisant escale devant leurs cocotiers.

De tonitruants « Feliz Navidad » (Joyeux Noël) résonnaient à chaque coin de rue, accompagnés de sourires sincères et de poignées de main amicales. Ici aussi, la fête était partout présente, et jamais le décalage entre notre conception occidentale de Noël et ce décor de carte postale n’aura semblé si frappant. Un bonhomme de neige en tissu dans un jardin tropical, un immense sapin de Noël clignotant dans la petite église blanche du village, une boule de Noël accrochée à un cactus… À chaque détour d’une ruelle délabrée, un petit détail tente de nous rappeler que le plaisir de fêter Noël est le même partout, qu’importe si le sable chaud remplace la neige. Pour ce 25 décembre si différent, Taboga était sûrement le meilleur endroit pour le partager avec les panaméens.

À notre tour de le partager avec tous ceux qui suivent nos aventures sur Tara en lisant ces lignes. À vous tous donc de la part de tout l’équipage : Joyeux Noël !

Yann Chavance