Une affaire d’isolation

©

25 mai 2009

Une affaire d’isolation…

Tara, en tant que navire polaire, est fortement isolé.
Etudié pour résister à la forte pression des glaces et au froid extrême, une attention particulière a été mise, lors de sa construction, dans l’isolation du pont et des bordés. Les épaisseurs des isolants sous le pont sont de l’ordre de 60 cm et celle des bordés, sont un exemple de moyens mis en œuvre pour pouvoir résister aux températures polaires.

Mais au bout de vingt ans de bons et loyaux services, certaines parties en particulier dans le local atelier, la machine et la bibliothèque, étaient un peu abîmées, rendant de ce fait, l’isolation moins efficace.
La société Breizh isolation, spécialisée dans le montage de ce genre de matériaux s’est donc attelée à la tâche afin de mettre en place une isolation neuve. Il a fallu dans un premier temps retirer l’ancienne isolation, travail long et fastidieux car les ouvriers se sont confrontés à l’impossibilité d’enlever certains aménagements ainsi qu’au passage de nombreux câbles dans certaines parties du bateau.
Puis ensuite, il a fallu pré-découper en atelier les grandes plaques d’isolation avant de les mettre en place à bord, et enfin, fignoler en mettant des raccords et en renforçant certaines parties dans le local atelier à l’aide de fines plaques d’aluminium.

Pour l’atelier, une très forte isolation thermique a été posée, afin de permettre de conserver une bonne température. Pour le local machine, il y avait une contrainte importante à respecter, celle de l’isolation phonique de la salle des moteurs principaux afin d’éviter les bruits importants dans le grand carré quand le navire, faute de vent, doit marcher au moteur. L’isolation phonique se fait à l’aide de feuilles de plomb, qui absorbent le bruit, elles sont enserrées entre deux couches d’isolant thermique. De la même manière, la refonte de la cuve journalière qui est en dessous de la bibliothèque, nous a permis de renforcer l’isolation phonique de cet endroit en relation avec la machine.

L’isolation thermique des échappements, fatiguée par les fortes températures auxquelles elle est soumise, a elle aussi été changée. Cela va également réduire la dissipation de la chaleur dans les aménagements.

Un des plus gros souci auquel nous allons être confrontés lors de la première année d’expédition, va être de lutter cette fois-ci contre la chaleur puisque nous allons passer par les zones les plus chaudes du Golfe avec entre autres, le passage de la Mer Rouge  (t° de l’eau de 30°C/air 50°C). Il nous faudra donc trouver des systèmes pour conserver une température acceptable à l’intérieur du bateau, surtout avec le nombre important d’appareils scientifiques sensibles à la chaleur. Pour ceux-ci, plusieurs moyens vont être mis en place pour forcer la circulation de l’air dans le navire, et réduire ainsi l’effet de serre des grands plexis du carré, avec, par exemple, la pose de bâches à propriété isolante. Vont également être posés, des aérateurs amovibles faits en tissu et réalisés par l’association d’aide à l’insertion par le travail « Dé à coudre » de Lorient.

Hervé Bourmaud, capitaine de Tara