Pourvu que nous n’oubliions rien

© Tara Expeditions

Chronique de Clémence Lesacq, la lauréate du concours d’écriture Libé-Apaj.

Pourvu que nous n’oubliions rien

Lundi 13 octobre 

Tara a quitté Naples ce matin. Déjà deux jours que je ne suis plus à bord, mais il me suffit de fermer les yeux pour assister à son départ vers Bastia. Je l’observe, au petit jour, se détachant doucement du quai pour repartir vers la mer. A son bord, les 14 membres d’une nouvelle famille sont tous sur le pont, profitant de la beauté du moment. Sur leurs dos, t-shirts Tara et gilets de sauvetage d’un rouge lumineux. Le film défile. Sans accroche.

Nicolas de la Brosse et Matthieu Oriot travaillent en silence sur le pont ; Samuel Audrain descend dans la chaleur des machines ; Martin Hertau, en équilibre sur la rambarde tribord du cockpit, guette l’horizon. Déjà, Dominique Limbour, véritable cuisinière-maman, réfléchit aux goûts et aux odeurs du déjeuner. Quant à Sylvain Couzinet-Jacques, la démarche un peu pataude, il arpente inlassablement la goélette, ses trois appareils-photo en bandoulière.

J’entends le bruit continu des moteurs Brigitte et Thérèse, les grésillements des talkies, le vent qui se lève avec le large. Plus loin, la ville de Naples s’éveille mais son brouhaha n’est déjà plus qu’un souvenir. L’odeur des embruns est partout. Je sens encore le roulis de la mer sous mes jambes. Ca ne me quitte pas.

Et dans ma tête depuis deux jours, ritournelle de boîte à musique, les mots si justes de Maria-Luiza Pedrotti lors de mon débarquement. « J’ai l’impression qu’à chaque fois que quelqu’un quitte Tara, il laisse à bord un bout de son cœur… Et ça doit être pour cela qu’on s’y sent si bien. »

Oui, Tara prend à chacun un petit morceau de cœur. Et sous le ciel parisien, j’ai une douce pensée pour tous ceux qui l’ont quitté avant moi. Privilégiés, nous payons notre lot de bonheur par la nostalgie.

On reste longtemps orphelin de Tara… Pourvu que nous n’oubliions jamais rien.

Clémence Lesacq

 

A propos de Clémence Lesacq :

En juillet 2014, Clémence Lesacq a gagné le prix Tara à l’occasion du concours d’écriture Libe-Apaj, organisé par Libération et l’Association pour l’aide aux jeunes auteurs, dont le thème cette année était « Sur la route et les chemins ».

Pour découvrir son texte « L’aube du voyage » qui a reçu le prix, cliquez ici. La lauréate sera à bord entre Marseille et Naples et nous enverra régulièrement ses chroniques depuis la goélette pendant cette traversée d’une douzaine de jours.

 

Articles associés :

- Précédent texte de Clémence Lesacq.

- Première chronique de Clémence Lesacq, avant son arrivée sur Tara. 

- Morceaux choisis de la vie à bord de Tara.