Un artiste, un regard.

© Y. Chavance/Tara Expéditions

Tandis que le bateau est à sec à Lorient, l’équipe de Tara dirigée par Romain Troublé continuent à s’activer pour préparer le futur. Sur le chantier les marins procèdent aux gros œuvres et à l’entretien du bateau. Au 11 boulevard Bourdon à Paris, l’équipe prépare sa route vers la Conférence Climat à Paris et s’atèle aux préparatifs de la Mission Corail 2016.

Elle organise également l’exposition des artistes qui se sont relayés en résidence à bord de Tara Méditerranée. Il y a quelques jours, ils étaient tous conviés à la « Base » pour présenter une ébauche de leurs travaux, offrant ainsi un petit aperçu de ce que les visiteurs pourront découvrir d’ici quelques mois.

Etonnamment, si l’expédition Méditerranée 2014 a fait la part belle aux vidéastes, aucune des images réalisées à bord ne se ressemblent, chaque artiste évoluant dans un univers différent. Parmi eux, Malik Nejmi incarne la bonhomie en personne. Debout devant ses camarades, Malik confiait à l’assemblée : « Au début je ne voulais pas faire un film d’artiste mais à bien y regarder cela en est un. Ce qui m’a touché en discutant avec les gens à bord de Tara, c’est leur rapport au merveilleux, leur rapport au rêve, à l’enfance. J’ai donc voulu travailler là-dessus. » Pendant 10 jours, entre Barcelone et Tanger, Malik s’est intéressé aux marins, il a créé du lien et échanger sincèrement avec eux. En retour, l’équipage s’est prêté au jeu de la caméra. Tous ont patiemment posé dans un studio noir et blanc improvisé dans la cabine avant tribord. L’artiste a ainsi réalisé une série de portraits, demandant à chacun de se représenter une image mentale liée à la mer, se laissant doucement balloter par le roulis du bateau. Il en résulte une œuvre poétique qui met en lumière les « gueules » de Tara.

Autre artiste, autre technique. Christian Revest est l’un des rares à avoir joué du crayon à bord. Il faut avouer que l’exercice peut vite devenir délicat lorsque la mer fait des siennes. Une fois « amariné », après 3 jours un peu mouvementés, le dessinateur a croqué l’équipage sur le vif, en s’attardant sur l’ambiance ou sur les différentes postures des Taranautes. Sur les feuilles de canson noircies on reconnaît facilement Samuel Audrain qui joue de l’accordéon, Rodolphe Gaudin perché sur la baume ou Mathieu Oriot à la poupe du bateau. La résidence de Christian s’est poursuivie à terre, dans son atelier situé sur le Vieux Port de Marseille, où il a réalisé des grands formats à la gouache. Sur des toiles de plus d’un mètre de long, Tara est représenté aux côtés de super tankers dans la rade de Toulon.

L’artiste Franco-Algérienne Katia Kameli a pour sa part souhaité poser un nouveau regard sur ce bateau tant de fois exposé aux caméras. Sur ses images animées, le voilier avance tel un vaisseau fantôme ou le navire d’Albator.  L’action ou plus précisément la répétition des gestes a également inspiré un autre vidéaste : Yoann Lelong. « J’ai été frappé par la mise en place d’un certain mimétisme à bord, notamment lors des prélèvements quotidien. » Mis bout à bout, les enregistrements de Yoann forment un film d’une heure trente, sorte de flux vidéo inédit.

Source d’inspiration intarissable, Tara n’a pas fini d’attiser les esprits créateurs. Les visiteurs pourront découvrir le résultat de 7 mois de créations artistiques en avril, à Paris. Quant aux artistes désirant postuler pour une future résidence, ils devront patienter jusqu’à la fin de l’année pour présenter leur dossier avant le départ de la goélette pour la “Mission Corail 2016″, ou alors postuler au concours COAL Art et environnement spécial Océan jusqu’au 28 février.

Noëlie Pansiot

 

Articles associés :

- Découvrez tous les artistes embarqués pendant Tara Méditerranée : Sylvain Couzinet-Jacques, Lorraine Féline, Katia Kameli, Yoann Lelong, Spencer LowellMalik Nejmi, Lola Reboud, Emmanuel Régent, Christian Revest, et Carly Steinbrunn.

- Tara Méditerranée : quand l’art se conjugue à la science.

- la Base Tara à Paris.

En savoir plus sur le prix COAL Art et Environnement.