Marins en herbe, au coeur du départ

© Maeva Bardy - Fondation Tara Expéditions

Des classes de tous niveaux ont pu visiter le navire scientifique pendant les deux jours qui ont précédé le départ. Venus de Vannes, Lorient, Pontivy, Lanester et même de Rennes, les écoles étaient au rendez-vous avant que Tara ne parte et s’absente de Lorient pour 2 ans et demi.

Accueillis par Bénédicte Durand-Mennesson, Caroline Proux, Jean-Baptiste Favier et Xavier Bougeard de l’équipe éducative, chaque classe, divisée en deux groupes a ainsi pu vivre l’ambiance si particulière des derniers instants de préparation d’une expédition scientifique. Partout les marins, les scientifiques affairés mettaient la dernière main aux préparatifs : réglage du spectromètre de masse, chargement de l’avitaillement, vérification électrique en haut du mât, réglage de l’antenne satellite … Le bateau fourmillait. Il fallait enjamber des cartons, faire attention à laisser les équipes travailler.

Pour les médiateurs, ces contraintes sont en réalité autant d’occasion de rebondir, d’interpeller au passage scientifiques et marins pour les faire parler de leur travail, leur demander s’ils partent samedi, où ils rejoindront le bateau, leur faire raconter leurs expériences précédentes à bord … La visite devient encore plus vivante et particulièrement enrichissante pour les jeunes.

Bien sûr les élèves apprennent comment se déroule la vie à bord, ils sont toujours étonnés de savoir que l’accès au réseau Internet est très limité. Comment imaginer vivre sans l’accès à leurs sites favoris ? Ce qui surprend également souvent c’est l’étroitesse des espaces, les cabines leur paraissent bien petites et les bannettes bien étroites. Tous adorent remonter sur le pont par l’échelle de la cale avant.


©Maeva Bardy – Fondation Tara Expéditions

Les jeunes s’initient aussi au langage marin : tangon, grand-voile, bout, haussière … ils s’installent sous le mât de misaine pour comprendre les rudiments des manœuvres à la voile. Ils passent aussi par le pont arrière et la coursive où sont installés le laboratoire humide, qui sert à filtrer le plancton, et le laboratoire sec où des appareils d’analyse de l’eau et de son contenu fonctionnent en permanence pour récolter des données sur le milieu étudié.

Tous ces ingrédients se combinent pour faire de cette visite un moment marquant qui fera, nous l’espérons, naitre des vocations professionnelles ou éveillera leur intérêt et leur sensibilité à la protection de cet environnement marin si vital pour nous tous.

En marge de ces visites, des élèves de seconde du lycée Châteaubriant de Rennes étaient venus présenter à l’équipe de la Fondation Tara Expéditions les travaux qu’ils avaient réalisés sur les océans durant l’année

C’est dans une salle, amicalement accueilli par le collège lorientais Anita Conti que nous les avons écoutés et que nous avons pu échanger avec eux, corriger certains points de leurs exposés. Les travaux présentés sous forme de diaporama témoignaient tous d’une immense curiosité, à la fois nourrie et éveillée par une exploration de la plage et par une visite à la station océanographique de Roscoff.

Ces deux jours furent couronnés le samedi par le départ de Tara, sous un magnifique soleil et dans une ambiance festive et chaleureuse, où marins, scientifiques et grand public on pu se rencontrer avant de voir la silhouette de Tara s’effacer sur l’horizon.

CREDITS MAEVA BARDY-DEPART LORIENT-TARA-9
©Maeva Bardy – Fondation Tara Expéditions

 

Xavier Bougeard
Responsable éducatif – Fondation Tara Expéditions

barre-orange-2

Articles associés :

- Tara ou la fabrique des jeunes reporters
- «Océan et Climat» : construire un projet pédagogique avec Tara
- Premiers instants de Tara Pacific