Décoloration rapide: l’état inquiétant des récifs coralliens de l’Océan Indien (d’après l’UICN)

© M.Oriot/Fonds Tara

Certains scientifiques de l’UICN ont pris part en mai dernier à l’expédition Tara Oceans afin d’enquêter sur le blanchissement des récifs coralliens de Mayotte (île située au Nord-Ouest de Madagascar). L’équipe a découvert que le blanchissement des coraux sur place, dont les premières estimations remontent à mars de cette année, est le pire dans tout l’Océan Indien.

Le changement climatique s’est avéré être la menace la plus significative pour les récifs coralliens à une échelle mondiale, avec le blanchissement comme l’un de ses effets le plus visible et sérieux. C’est un problème particulièrement important étant donné que la biodiversité marine la plus riche dans le monde dépend des coraux.
Les coraux sont à la base aussi de ressources alimentaires, d’emplois et sont sources de revenus pour plus de 500 millions de personnes dans le monde.

L’expédition organisée par Tara Oceans (Fonds Tara et consortium scientifique Oceans), a fait l’évaluation de 34 sites autour de Mayotte en mai dernier. De nombreux scientifiques se trouvaient à bord de Tara (UICN, Institut de recherche pour le développement, Université de Milan-Bicoca, «Coastal Oceans Research and Development in the Indian Ocean » (CORDIO), « Mayotte Marine Research Center », « University College Dublin », Université de la Réunion, CNRS, EMBL)

« Les récifs entourant Mayotte ont subi le pire blanchissement et la pire mortalité jamais enregistrés dans l’Océan Indien avec plus de 50% des coraux affectés par le blanchissement et jusqu’à 30% de mortalité des coraux pour les sites les plus touchés », déclare le Dr David Obura, président du Groupe de spécialistes sur les coraux de l’UICN.

Les chercheurs ont confirmé cette tendance, qui existe aussi dans d’autres endroits dans le monde : les coraux habitués aux eaux intérieures et troubles des lagons ont montré une plus grande résistance au blanchissement que les eaux claires de l’extérieur des lagons.

« Il semble que la turbidité de l’eau ou que des eaux chargées en particules durant une période de stress due à une température élevée protège le corail », explique le Dr Obura. « Cela va à l’encontre de nos premières attentes selon lesquelles les coraux dans des eaux océaniques claires sont généralement en meilleure santé».

« A Mayotte, la majorité des espèces de coraux ont été touchés par le blanchissement à toutes les profondeurs », rapporte le Dr Francesca Benzoni, coordinatrice coraux de l’expédition Tara Oceans. « Alors que l’on pouvait voir que les coraux tabulaires (Acropora) à la croissance rapide étaient dominant à cause de leur abondance et de leur frappante blancheur, de nombreux autres espèces étaient encore plus sensibles au blanchissement.»

« La guérison de ces sites dépendra de nombreux facteurs critiques dont l’étendue de la mortalité et l’ampleur des processus de reproduction, mais aussi des communautés et populations de poissons herbivores présents sur ces sites », déclare le Dr Ameer Abdulla, du Programme Marin de l’UICN. « Malheureusement, de nombreuses zones autour de Mayotte souffrent de la pêche intensive et même de surpêche. Quelques endroits, dont les aires marines protégées, ont encore des communautés de poissons en bonne santé. Les coraux dans ces zones auront les plus grandes chances de résilience.»

Traduction Nicolas Bourquin/IUCN

www.uicn.fr