Monitorer l’océan pour comprendre l’évolution du climat

© Pxhere

Le changement climatique est synonyme de bouleversement pour l’océan. Il modifie ses courants, altère sa chimie et sa biologie. Mais l’océan bouleversé réagit et il influe alors à son tour sur le climat de la planète. Les modifications de l’océan vont agir sur la vitesse du changement climatique, le ralentir ou le stimuler, les scientifiques n’en sont pas encore sûrs.

Le climat agit, l’océan réagit

Prendre le pouls de l’océan, est très important si on a l’ambition de réellement comprendre et anticiper l’évolution du climat. L’océan est un régulateur majeur de la machine climatique globale : il absorbe et redistribue la chaleur grâce à ses courants, piège une part importante du CO2 anthropique par des phénomènes physico-chimiques et biologiques. Or l’océan se réchauffe, s’acidifie, s’appauvrit en oxygène. Tout cela a des conséquences quant aux phénomènes qui permettent au carbone de piéger la chaleur et le carbone, et donc de ralentir le réchauffement.

Les scientifiques parviennent assez bien à prévoir et modéliser l’évolution des processus physico-chimiques océaniques. Par exemple, plus une eau est chaude, moins les gaz, dont le CO2, s’y dissolvent. Un océan plus chaud absorbera donc moins de gaz carbonique depuis l’atmosphère. La conséquence probable est donc une accélération du réchauffement dû à une diminution de l’efficacité du puits de carbone océanique.

Par contre, prédire l’impact des processus biologiques, commandés par le plancton océanique, qui régissent eux aussi la séquestration du carbone et donc le climat, complique un peu les choses. Les scientifiques n’ont pas encore une idée précise de la manière dont va évoluer la composition et donc l’activité du plancton océanique dans un océan modifié. Toutes les espèces n’ont pas le même rôle, certaines sont par exemple plus efficaces que d’autres pour piéger le carbone dans l’océan profond.

3 filtre dolphin
Le “Dauphin” est un filet qui permet de collecter du plancton au cours des navigations – © Caroline Britz / Tara Expeditions Foundation

Echantillonner le plancton et comprendre son impact sur le climat

A cause de sa taille microscopique, on a tendance à sous-estimer son importance. Pourtant, ces petits organismes dérivants ont un rôle crucial et leur développement dans les océans est intimement lié à l’évolution climatique de notre planète. Le rôle de régulateur du climat de l’océan mondial passe notamment par l’activité et la composition de la communauté planctonique qu’il abrite.

Décrypter le fonctionnement du plancton, cet écosystème continu et très complexe, nécessitait une stratégie scientifique ambitieuse. La goélette Tara a donc sondé pendant 4 ans tous les océans, récoltant un grand nombre de données qui permettent aujourd’hui, après analyse, d’avoir une photographie précise des différentes régions océaniques et des organismes qui les habitent.

Afin d’étudier cet immense réseau très complexe, de puissantes méthodes de séquençage ont été utilisées. Grâce à cela, ce sont des millions de séquences génétiques et des dizaines de milliers de nouvelles espèces planctoniques qui ont été découverts. L’immense réseau que constitue le plancton a été mis à jour et les interactions qui s’y produisent sont en train d’être décryptées et comprises. Grâce à cette base de données, la plus exhaustive jamais récoltée, les chercheurs tentent également de comprendre comment va évoluer, s’adapter le plancton dans un océan plus chaud et plus acide, et surtout avec quelles conséquences sur notre climat futur. La quantité de carbone atmosphérique que le plancton capte et envoie au fond de l’océan sera-t-elle toujours aussi importante à l’avenir ?

Très récemment, des chercheurs du consortium Tara Oceans ont mis au point un outil qui permet à tous les scientifiques, même sans connaissances informatiques, d’aller questionner la base de données génétiques, environnementales et taxonomiques. Car si les données de Tara Oceans sont publiques et gratuites, elles n’en restent pas pour le moins inaccessibles pour certains chercheurs. Ainsi, un grand nombre de scientifiques peut exploiter le potentiel des données par le biais d’un simple site web, et participer à percer les mystères du plancton océanique.

Margaux Gaubert

Articles associés