[Tara Oceans] Cap sur une modélisation planétaire de l’écosystème planctonique

© Christian et Noé Sardet / Plankton Chronicles

Ce 12 septembre, à l’Académie des Sciences, une étape importante dans la recherche océanique a été initiée. Après 10 années passées à mesurer la vie océanique à bord de la goélette Tara et dans les laboratoires internationaux associés au projet Tara Oceans, le très ambitieux projet Global Ocean System Ecology & Evolution (GO-SEE) a été lancé.

Une modélisation planétaire basée pour la première fois sur la réalité de la complexité biologique de l’écosystème

Global Ocean System Ecology & Evolution (GO-SEE) est une nouvelle odyssée. Elle ambitionne de découvrir la structure et la dynamique d’un écosystème, aux échelles spatiale et temporelle de la planète, prenant en compte les espèces (approches taxonomique). Cette approche intégrale devra permettre une modélisation planétaire basée pour la première fois sur la réalité de la complexité biologique de l’écosystème.
Réunissant 12 disciplines scientifiques et la mise en œuvre des toutes dernières technologies de collecte de plancton, de séquençage ADN, d’imagerie automatique, de bio-informatique, et de physique pour une étude holistique (biologie, chimie, physique) de l’Océan, ces recherches entament une étape cruciale dans la compréhension et modélisation du système Terre.

Une fédération de recherche pour un projet très ambitieux

Ce 12 septembre 2018, ont été présentés les derniers résultats et le projet GO-SEE – Global Ocean Systems Ecology & Evolution. Abritée par nouvelle la Fédération de Recherche ‘Tara Oceans’ – FR 2022 – cet ambitieux projet pluridisciplinaire va réunir une vingtaine de laboratoires en France et à l’international ainsi que la Fondation Tara, sous la co-tutelle du CNRS, du CEA, de l’IRD, de 5 Universités françaises, et de l’EMBL.

 

Tara, le 11/01/2010.Filtration du plancton.© David SAUVEUR
© David Sauveur / Fondation Tara Expéditions

A la pointe de l’innovation technologique

Au cours de la dernière décennie, la France s’est dotée des moyens technologiques et conceptuels pour comprendre et modéliser, pour la première fois, un biome planétaire. Dans cette aventure internationale dirigée par la France, nous avons transféré vers l’Océan le savoir-faire des meilleurs laboratoires français (CNRS, CEA, PSL, SU…), européens (EMBL), et internationaux lors des circumnavigations de la goélette Tara. Reconnues mondialement, les avancées scientifiques, technologiques et conceptuelles pionnières ont été publiées dans les meilleures revues scientifiques.
Intelligence artificielle aidant, nous sommes aujourd’hui à l’aube de découvertes qu’il aura été impossible de réaliser il y a quelques années une modélisation planétaire. La France a une longueur d’avance avec ce programme Tara Océans et son cortège de ‘big Ocean data’, son mode de financement public-privé innovant mais fragile encore, et sa capacité à informer le grand public et les décideurs des toutes dernières connaissances en écologie globale.

Innover, explorer, comprendre et partager

Avec sa volonté d’innover, d’explorer, et de comprendre contre vents et marées, l’« épopée » Tara Océans s’est structurée sous la co-tutelle du CNRS, du CEA, de l’IRD, de plusieurs Universités et de l’EMBL, réunit une vingtaine de laboratoires et universités en France et à l’international ainsi que la Fondation Tara. Cet institut représente un véritable cap vers la structuration d’une approche multidisciplinaire de l’écologie, avec l’ambition de créer, demain, un centre de recherche européen d’excellence en écologie globale et éco-systémique.

Téléchargez la plaquette du projet GO-SEE

 

 

logo gosee

Articles associés