« Le changement climatique est une question déterminante de notre époque. »

© Greencross

De l’Afrique du Sud au Royaume-Unis, en passant par la France, près de 150 villes ont participé à une « Marche pour le climat », dimanche 21 septembre.

L’objectif : interpeller les dirigeants de tous les pays à s’engager dans la lutte contre le réchauffement climatique, deux jours avant l’ouverture d’un sommet au siège des Nations Unis.

A New York, entre 100 000 et 300 000 manifestants ont marché de Central Park à Times Square. Parmi eux, M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, qui déclarait à la presse : « Le changement climatique est une question déterminante de notre époque, il n’y a pas de temps à perdre. Si nous n’agissons pas maintenant, nous devrons en payer le prix. »

A Paris, environ 10 000 personnes ont défilé entre la Place de la République et l’Hôtel de Ville, avec des centaines d’ONGs, citoyens, artistes et personnalités politiques engagés pour le défi climatique. Les membres de la plateforme « Océan et Climat 2015», dont Tara Expéditions fait partie, ont défilé ensemble pour l’Océan, sous un grand ballon bleu amené par la Surfrider Foundation. Catherine Chabaud, porte-parole de la plateforme, a porté le message suivant :  « un Océan en bonne santé est essentiel pour l’équilibre climatique ». Ses paroles ont été entendues en tribune et reprises par plusieurs médias en France et à l’étranger.

Gilles Boeuf, Nicolas Hulot, Catherine Chabaud,porte-parole de la plateforme "Océan et climat 2015", Nicolas Imbert et Valérie-Eve Moreau

Gilles Boeuf, Nicolas Hulot, Catherine Chabaud, porte-parole de la plateforme Océan et climat 2015, Nicolas Imbert et Valérie-Eve Moreau . ©Green Cross France et Territoires

 A Marseille, où Tara fait escale pendant 9 jours, certains manifestants ont terminé leur marche par une visite de Tara. Lola et Mathias, étudiants à l’Université de Luminy, avaient programmé leur journée et lorsqu’ils sont arrivés dans la file d’attente devant le nez de Tara, ils arboraient encore des autocollants « Changeons le système pas le climat. »

Selon Lola, « les manifestants ne se sont pas suffisamment mobilisés. » L’étudiante en océanographie, a souhaité manifester pour une cause qui l’interpelle, car elle connaît les impacts anthropiques sur le climat.

Mathias expliquait quant à lui que «la solution n’est pas de s’adapter aux changements climatiques, comme beaucoup de gens le pensent. Ce n’est pas un phénomène irréversible, nous pouvons encore ralentir les tendances. Et puis, à long terme  nous ne pourrons pas continuer à vivre comme ça. Lorsqu’on aborde la problématique du climat, l’argument économique est posé. En réalité, les changements climatiques menacent aussi notre économie. La France est en retard comparé à des pays comme le Danemark » où plus de 20% de l’énergie consommée proviennent de sources renouvelables. « Quand je vois par exemple tout le soleil qu’on a en Provence, et si peu de panneaux solaire, je me dis que c’est du gâchis. »

Les marcheurs qui ont arpenté le bitume ce week end, ont encore une année pour faire entendre le bruit de leurs pas, car rien ne sera vraiment acté avant la Conférence Climat qui aura lieu à Paris en décembre 2015 (COP21).

Noëlie Pansiot

 

Pour en savoir plus :

- Sur la marche mondiale pour le climat

- Sur les objectifs scientifiques de l’expédition Tara Méditerranée 

- Sur les enjeux climatiques abordés par Tara