Edito : L’Océan, notre projet commun

© Journal Tara n°10

*Disponible gratuitement à la Base Tara au 11 bd Bourdon, 75004 Paris

À l’aube de ce nouveau siècle, près de 70 ans après la naissance de l’Organisation des Nations unies, qu’en est-il de la vision humaniste qui animait la plupart des dirigeants de l’après-guerre ?

Romain Trouble - cc V.Hilaire-TaraExpeditions.org - copie 2Force est de reconnaître que depuis 15 ans, la révolution numérique et l’avènement de l’Asie au centre du jeu des nations bouleversent notre lecture du monde et entravent la réflexion à court, moyen et long termes de nos élites à la merci du quotidien. Les inégalités en tout genre, chaque jour plus abyssales d’un continent à l’autre, encouragent le repli sur soi et l’apparition d’un monde divergent.

Et pourtant, la science, et même le bon sens, nous enseignent que les défis climatique et démographique, déjà actuels, nous concernent tous, dans les pays développés comme en développement, et appellent une réponse globale et concertée de la communauté internationale.

Dans ce contexte, se préoccuper de l’océan peut sembler inapproprié, voire dérisoire et réservé à une poignée d’idéalistes passionnés. Et bien justement, c’est l’histoire de cet océan, celui qui relie les hommes en occupant les trois quarts de notre terre, qui doit peut-être nous inspirer. C’est sans aucun doute l’idée de liberté et de bien commun, ce lien entre les peuples, qui, en 1982, a donné naissance à l’un des plus ambitieux traités jamais signé : le Droit de la mer.

J’ai la conviction que l’océan peut nous réunir à nouveau malgré nos divers intérêts par le symbole qu’il représente mais aussi par son immensité.

« Comment ne pas voir que par sa taille l’océan joue un rôle clef dans les équilibres nécessaires à la vie sur Terre, comme l’air que l’on respire ? »

- Romain Troublé

Comment ne pas voir que par sa taille l’océan joue un rôle clef dans les équilibres nécessaires à la vie sur Terre, comme l’air que l’on respire, les protéines dont on se nourrit, et même au sein de notre modèle économique global ? Dès lors, se préoccuper de sa santé revient à prévenir les maux qui nous guettent tous, et c’est tout juste reconnu comme organisation consultative auprès des Nations unies que Tara a accueilli avec enthousiasme le lancement de négociations sur le statut du grand large, plus précisément appelé la « Haute-Mer ».

Bien que les scientifiques aient déjà identifié bon nombre des stress qu’on lui inflige directement comme la surpêche, les pollutions en tout genre, ou le bétonnage des littoraux sans que nos sociétés y apportent de réponses véritables, nous prenons aujourd’hui conscience de nos impacts plus indirects et plus sournois. La désoxygénation, la hausse de la température ou l’acidification de la mer appellent davantage de recherche, d’innovation et d’engagement. Nul doute que les récents travaux scientifiques menés lors de Tara Oceans contribueront, avec d’autres, à prédire plus précisément le futur de l’océan – lequel est aussi notre futur – et à illustrer davantage les impacts auxquels nous devrons faire face tous ensemble.

Tara et tous ceux soutenant ses expéditions peuvent nourrir l’espoir que la santé de ce bien si cher à l’humanité devienne un projet commun au–delà des clivages historiques. Un projet pour le 21e siècle ! L’aventure du siècle est là, devant nous, et elle est collective. Embarquez donc avec nous à bord de Tara !

Romain Troublé, Secrétaire général de Tara Expéditions

Articles associés :

- Découvrez le programme de Tara à Paris Climat 2015 (COP21)

- Tara Oceans découvre un nouveau monde sous l’Océan

- COP21 : rencontre avec le premier ambassadeur français des Océans

Téléchargez l’intégralité du Journal de Tara N°10 en PDF