RENFORCER LA COOPERATION SCIENTIFIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT

©

Faire de l’Océan une responsabilité commune mais s’en donner les moyens

Pour la Fondation Tara Expéditions, il est essentiel de partager le plus largement possible les nouvelles connaissances disponibles sur l’Océan. Renforcer les compétences des chercheurs des pays en voie de développement en leur permettant de se former en biologie moléculaire, bio-informatique et génomique dans les laboratoires partenaires est donc une nouvelle action menée par Tara depuis 2016. Développer l’expertise scientifique planétaire est une condition indispensable à une gouvernance mondiale partagée et efficiente de l’Océan pour les cinquante prochaines années.

Partager et continuer les travaux de recherche de Tara Oceans avec les pays en développement

En l’état actuel de la recherche internationale sur le plancton, la gigantesque base de données récoltées lors de l’expédition Tara Oceans, pourtant en libre accès, n’est exploitable que par une vingtaine de pays qui possèdent les capacités de traduire ces données en informations, puis en savoir.

L’enjeu est pourtant important. Méconnu et invisible, le plancton est un marqueur crucial de l’état de notre planète. Etudier son fonctionnement contribuera notamment à mieux comprendre le rôle de l’Océan dans la machinerie climatique.

Les avancées de la Science permettent aujourd’hui de capturer et d’analyser la diversité des micro-organismes planctoniques et donc de mener des recherches pionnières et innovantes. Les premiers résultats de Tara Oceans, issus d’une coopération internationale et interdisciplinaire, ont été au-delà des espérances.

Ces recherches laissent présager un fort potentiel pour le futur de la science océanographique qu’il faut élargir aux pays en développement.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le projet et les recherches de Tara Oceans

 

Tara, le 11/01/2010. Filtration du plancton. © David SAUVEUR
© David Sauveur / Fondation Tara Expéditions
 

Renforcer les capacités de recherche pour une nouvelle génération d’océanographes

Depuis 2016, la Fondation a initié le projet « Plancton océanique, climat et développement », avec le soutien du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM). Ce projet est né de la volonté de continuer l’aventure scientifique de l’expédition Tara Oceans en lui donnant une nouvelle dimension :  celle de la coopération scientifique pour le développement.

Le projet est cofinancé par les institutions scientifiques du programme Tara Oceans et les fonds publics du FFEM respectivement à hauteur de 6 et 2 millions d’euros.

janique portrait

 

Janique Etienne, Responsable du projet FFEM « Plancton Océanique, Climat et Développement »

Découvrez son interview

 

lars portrait
Lars Stemmann, chef de mission au laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer

Découvrez son interview

 

 

Qu’est-ce qu’un projet de coopération pour le développement scientifique ?

Un tel projet créée de nouvelles opportunités pour les pays en développement. Il vise à renforcer les capacités de recherche et à faciliter l’appropriation de techniques et de connaissances pour qu’ils participent et tirent au mieux partie des avancées scientifiques d’aujourd’hui et de demain. Développer l’expertise scientifique des pays en développement leur permettra de mieux faire face aux défis de demain (changement climatique, sécurité alimentaire, etc.)

 

Quels sont les objectifs de ce projet ?

Le projet en six mots clés :

COLLABORATION

Ce projet de 4 ans a pour objectif de collaborer avec 6 pays en développement en formant de jeunes chercheurs (Amérique Latine, Afrique, Océan indien) dans des laboratoires de pointe européens partenaires de l’expédition Tara Oceans (CEA, EMBL, CNRS, ENS, etc.).

RECIPROCITE

Ce projet a pour objectif d’impulser de la réciprocité, de l’échange et de l’ouverture qui fait souvent défaut dans le domaine des sciences. Les jeunes chercheurs seront formés mais ils mettront également à profit leurs expériences et expertises passées et géographiques pour enrichir le programme Tara Oceans.

EXPERTISE

Grâce à ce projet ils seront formés aux technologies de pointe dans leur domaine (génétique, biologie, bio-informatique…) et développeront une expertise. Leurs recherches participeront à mieux comprendre l’écosystème planctonique mondial (nouvelles espèces, interactions, évolution, etc.).

RESEAUX

En plus de mener à bien leurs propres projets de recherche, il est attendu que les scientifiques sélectionnés collaborent étroitement entre eux. L’objectif est faire émerger une collaboration scientifique nouvelle et de long terme entre pays en développement et entre pays en développement et pays développés.

OUTILS

Les indicateurs et modèles scientifiques qu’ils obtiendront ont pour objectif final d’apporter des outils d’aide à la décision des Etats (gestion des stocks halieutiques, identification des zones marines à protéger, actions contre le changement climatique, etc.).

PLAIDOYER

Ce projet permettra de faire monter en puissance le plaidoyer c’est-à-dire mieux promouvoir l’importance de l’Océan et ses problématiques (pollution plastique, gouvernance de la Haute-mer, etc.) lors des négociations internationales (ONU, Commission Européenne, etc.) mais aussi au sein de la société civile, des entreprises et des collectivités locales.

 

tara_oceans
 © S. Bollet / Fondation Tara Expéditions
 

…et pourquoi est-il pertinent pour les pays participants et la Fondation ?

1) Ce projet incarne la philosophie de recherche de la Fondation Tara Expéditions qui croit aux bénéfices du partage des connaissances et du dépassement des frontières pour gérer et protéger l’Océan.

2) Participer à l’essor des sciences marines dans les pays en développement est primordial parce qu’elles y sont encore trop peu développées alors que les enjeux autour des espaces marins et côtiers y sont très importants.

3) Si on veut faire de la protection et de l’exploitation durable de l’océan une responsabilité commune, chaque pays doit pouvoir être acteur, capable de prendre les bonnes décisions politiques. Ces décisions doivent reposer sur des expertises scientifiques robustes, s’appuyant elles-mêmes sur l’exploitation de données scientifiques fiables.

 

[ARGENTINE]

 

juan« Si nous voulons un océan viable, nous devons avant tout comprendre comment il fonctionne. »

Juan Pierella Karlusich, généticien, Rosario. Découvrez son interview

Laboratoire d’accueil : École Nationale Supérieure (ENS), Paris (France)

Sujet : Acclimatation du phytoplancton, organismes planctoniques réalisant la photosynthèse, en fonction des conditions environnementales qu’il rencontre.

 

[BRESIL]

janaina« Je viens de recevoir un énorme tableau de données ! Les chercheurs qui travaillent sur les données de Tara collaborent beaucoup entre eux »

Janaina Rigonato, généticienne, São Paulo. Découvrez son interview

Laboratoire d’accueil : Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), Paris (France)

Sujet : Diversité du plancton, du plancton végétal au plancton animal, dans les zones océaniques à faible concentration en oxygène.

[CHILI]

alejandro murillo« Les données Tara Oceans sont inédites car elles résident dans l’échelle globale de l’échantillonnage, d’habitude, on a accès qu’à certaines parties de l’océan : essayez juste d’imaginer le potentiel ! 

Alejandro Murillo, microbiologiste, Concepción. Découvrez son interview

Laboratoire d’accueil : Laboratoire de biologie moléculaire européen (EMBL), Heidelberg (Allemagne)

Sujet : Etude des interactions entre organismes planctoniques au cœur des zones océaniques à faible concentration en oxygène.

 

marko budinich

 Marko Budinich, bioinformaticien, Santiago. Découvrez son interview

Laboratoire d’accueil : Station biologique de Roscoff (CNRS, UPMC), Roscoff (France)

Sujet : Adaptation de la diversité génétique du plancton dans l’océan mondial.

 

[TOGO]

dodji« Ce projet est une opportunité de travailler avec les meilleurs outils et laboratoires pour acquérir une expertise et apporter une valeur ajoutée à mon pays du point de vue opérationnel dans le domaine du climat et de la pêche »

 Dodji Yawouvi Soviadan, physicien océanographe, Lomé. Découvrez son interview

Laboratoire d’accueil : Laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer (LOV), France

Sujet : Modélisation de la distribution du plancton animal (zooplancton) afin de prévoir leur répartition dans les différents océans.

 

 

bandeau logo ffem tara oceans

Articles associés