« Aux sources de la vie » d’Eric Karsenti

© Céline Bellanger / Fondation Tara Expéditions

Eric Karsenti est chercheur en biologie, directeur scientifique de la Fondation Tara et a été directeur scientifique de l’expédition Tara Oceans (2009-2013). Il a rejoint l’équipage de la goélette à New York afin de donner plusieurs conférences sur les projets scientifiques en cours. A Boston, pendant que les marins s’affairent sur le pont et en machine, il nous présente son dernier livre « Aux sources de la vie » (Editions Flammarion) disponible dès le 10 octobre prochain. 

Votre livre s’intitule « Aux sources de la vie », il y est donc question de nos origines… sur terre ?

Effectivement, il y est question de nos origines mais au sens large. Mon intention était de raconter comment la vie est apparue sur terre, très probablement dans les océans, mais aussi de raconter comment la vie est passée d’organismes simples à des créations aussi complexes que nos yeux, par exemple. L’origine et la complexité du vivant. J’y développe donc deux axes en parallèle, à la fois les origines mais aussi les mécanismes qui permettent aux cellules vivantes et aux organismes de se former et se de développer.

Quelle relation y a-t-il avec votre aventure sur Tara ?

Il se trouve qu’en 2009, j’ai pris la direction scientifique de l’expédition Tara Oceans (2009-2013), dont l’ambition était de comprendre la diversité des organismes qui existent dans l’océan, et comment ils sont apparus au fil du temps.

Durant presque quatre ans, on a collecté une énorme diversité de microorganismes marins, dont 50 à 80 % d’entre eux étaient jusqu’alors inconnus, et on a découvert qu’ils interagissaient entre eux… Et bien plus que ce à quoi nous nous attendions !

L’importance de cette interdépendance a été l’une des découvertes majeures de cette expédition. L’étude des résultats obtenus est toujours en cours, et ils permettront sûrement de combler les grandes questions que je pose en tant que biologiste cellulaire, et que je développe dans ce livre.

Conference-dEric-Karsenti-à-Harvard-Boston-Celine-Bellanger-Fondation-Tara-Expeditions-.JPG © Céline Bellanger – Fondation Tara Expéditions

Alors le vivant, les espèces s’adaptent et « évoluent » en fonction de l’environnement ou des communautés qui interagissent avec elles ? Que sait-on aujourd’hui ?

Tout cela est un peu compliqué. Je n’aime pas trop le terme d’évolution. L’idée darwinienne classique est que des variations successives et progressives dans le génome se produisent au hasard. Celles améliorant la capacité des organismes à fonctionner sont conservées. C’est la sélection naturelle. Cette idée n’est pas fausse mais très insuffisante.

Je pense, personnellement, que la complexité et l’efficacité des organismes actuels proviennent de multiples échanges de gènes et d’interactions cellulaires complexes entre organismes conduisant à des chimères. L’environnement bien sûr détermine lesquels se propagent en plus grand nombre, conduisant aux écosystèmes complexes que nous connaissons aujourd’hui. Mais il reste beaucoup de travail pour vérifier ces idées ! Les premiers résultats de Tara Oceans suggèrent des pistes intéressantes…

Vous racontez différents épisodes de l’histoire des sciences et la façon dont elle est liée à l’histoire de la technologie, à ses avancées. Quelle est pour vous l’avancée technologique majeure pour la biologie marine ?

Il y a eu beaucoup d’avancées technologiques permettant l’échantillonnage efficace que nous avons effectué sur un bateau comme Tara, mais ce qui a vraiment révolutionné la biologie marine ce sont les nouvelles méthodes de séquençage de l’ADN à haut débit, l’informatique et les méthodes d’imagerie quantitative et en trois dimensions, couplées à l’utilisation de l’intelligence artificielle pour quantifier automatiquement la diversité des organismes qui composent le plancton.

03EricKarsenti©F.Latreille-TaraExpeditions© Francis Latreille – Fondation Tara Expéditions

Aujourd’hui, à quelle frontière de la connaissance sommes-nous confrontés en biologie marine ?

Je vois deux frontières : l’origine de la complexité des organismes actuels qui s’est développée dans l’océan d’une part, et ce qui détermine la distribution en trois dimensions des espèces au sein de l’océan d’autre part.

Vous, Eric, en tant que chercheur que souhaiteriez-vous découvrir à présent ?

Les mécanismes chimiques, biologiques et physiques qui sous-tendent l’apparition des organismes complexes que nous sommes !

Pourquoi avez-vous eu envie d’écrire ce livre ?

Des éléphants jusqu’aux insectes en passant par les bactéries, comment ne pas s’émerveiller devant la folle diversité du vivant ? Et quid de la merveille de complexité qu’est un être humain ? Comment se forment nos organes à partir de l’unique cellule microscopique dont nous provenons tous ? C’est vertigineux, si l’on songe qu’à une autre échelle, cette cellule est le produit de milliards d’années d’évolution, inscrites dans son ADN. Par quel « miracle » la vie a-t-elle surgi ? Voilà ce que je voulais raconter. Il y a peu de livres sur la biologie moderne et il y a longtemps que j’avais envie d’écrire un livre de vulgarisation, qui soit accessible au plus grand nombre. Sans l’expédition Tara Oceans, je ne sais pas si je l’aurais écrit !

Aux Sources de la Vie d’Eric Karsenti (éditions Flammarion) est disponible en ligne.

Articles associés