L’héritage des expéditions scientifiques Tara

© Christian & Noé Sardet / Fondation Tara Océan

Les expéditions à bord de la goélette Tara, organisées par la Fondation Tara Océan ces dix dernières années, ont contribué à générer une vision de l’état de notre océan au début du 21e siècle.

Les scientifiques travaillant à bord de Tara ont fait de nombreuses découvertes sur les écosystèmes planctoniques dans l’océan mondial, sur l’état des récifs coralliens dans l’océan Pacifique, et sur les niveaux alarmants de microplastiques partout. Reste à savoir dans quelle mesure l’océan a déjà changé à cause des activités humaines. L’expédition Tara Oceans a été la première à analyser la vie dans l’Océan à l’échelle mondiale, générant un temps zéro à partir duquel nous pouvons comparer les changements à venir. Mais ce n’est qu’avec difficulté que nous pouvons plonger dans le passé.

L’expédition HMS Challenger fait toujours référence un siècle et demi plus tard

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs du Natural History Museum de Londres a abordé cette question, en comparant les échantillons collectés lors de l’expédition Tara Oceans (2009-2013) aux échantillons collectés par l’expédition HMS Challenger, avant que l’ère industrielle est entrée dans sa phase exponentielle. L’expédition du Challenger qui a duré plus de 5 ans dans les années 1870, est considérée comme étant à la base des études modernes d’océanographie. Elle visait à tester l’idée courante à l’époque que les abysses — les régions de l’océan où il n’y a point de lumière — sont «azoïques», dépourvus de vie. L’expédition du Challenger a changé cette notion et a dévoilé une étonnante variété de formes de vie précédemment inconnues, ce qui a eu des conséquences considérables. Par exemple: les dessins d’Ernst Haeckel dans sa publication Art Forms in Nature ont inspiré le mouvement de l’Art nouveau.

Du Challenger à Tara, 140 ans d’histoire de l’Océan

L’étude des chercheurs au Natural History Museum de Londres visait à examiner si l’acidification des océans a déjà impacté la vie marine en se focalisant sur un groupe d’organismes calcifiants, les «foraminifères», utilisés comme sentinelles du changement climatique dans de nombreuses études paléo-océanographiques. Les auteurs ont comparé les coquilles calcifiées de ces organismes dans des échantillons prélevés par le Challenger avec des échantillons prélevés sur le même site par Tara, au milieu de l’Océan Pacifique, à la même période de l’année plus de 140 ans plus tard. À l’aide de techniques d’imagerie avancées, les chercheurs londoniens ont révélé des changements dans l’épaisseur des coquilles de ces organismes microscopiques, fournissant ainsi les premières preuves que les activités humaines ont déjà affecté la vie dans l’océan. Parce que la plupart des coraux construisent aussi des structures calcifiées, les résultats suggèrent en outre que les coraux sont également affectés par la montée de l’acidification des océans.

plancton

Figure 1. Reconstruction tomodensitométrique par Nano rayons-X des coques de foraminifères Neogloboquadrina dutertrei. Compararison des échantillons collectés par Tara (a – c), et HMS Challenger (d – f); (a) et (d) Cartes en couleur illustrant l’épaisseur de la coque, les couleurs chaudes représentant des zones relativement plus épaisses; (b) et (e) Coupes modélisées à travers les coques de foraminifères; (c) et (f) Tranches de foraminifères. © Scientific Reports / Nature

L’héritage des échantillons de Tara Oceans

Nous ne connaissons pas la profondeur précise à laquelle les échantillons du Challenger ont été prélevés, et nous ne savons pas si des processus pluriannuels tels que les cycles El Niño – La Nina peuvent fausser les comparaisons. Néanmoins, l’étude montre la valeur des expéditions historiques et l’importance de l’archivage des échantillons, car l’évolution des techniques les rendent accessibles d’une manière que les scientifiques de l’époque n’auraient jamais pu imaginer. Tout comme les échantillons du Challenger utilisés aujourd’hui, qui sait ce que nous pourrons découvrir sur l’océan en mutation dans 100 ans grâce à l’héritage de la collection d’échantillons de Tara Oceans ?

En savoir plus avec “HMS Challenger : 26 800 lieues sur les mers” de La Méthode Scientifique (France Culture)

Chris Bowler, Directeur de recherche, CNRS à l’École Normale Supérieure, et coordinateur scientifique de la mission Tara Oceans

Articles associés