OCEANOMICS financé parmi les Investissements d’Avenir

© Oceanomics 150px

 Le programme OCEANOMICS va permettre de trouver certaines applications aux découvertes de Tara Oceans dans le domaine de la recherche et du développement dans un but d’écologie globale de la planète. Au Salon de l’Agriculture aujourd’hui, les Ministres de la Recherche et de l’Agriculture, Messieurs Wauquiez et Le Maire ont annoncé les résultats de l’appel à projets “Biotechnologies et Bioressources”. OCEANOMICS est donc l’un des 8 projets de recherche acceptés lors de cette deuxième vague et le seul qui ne concerne pas la recherche agronomique.

Le projet OCEANOMICS vise à promouvoir, en France, l’exploitation rationnelle et durable d’un des écosystèmes les plus importants en terme de changement écologiques globaux et de bioressource : le plancton océanique. Le problème n’est pas simple, car la biomasse relativement délayée des systèmes planctoniques est encore très mal connue en terme de biodiversité et de potentiel biotechnologique.

Le domaine planctonique marin comprend 98% du volume biosphérique, et la France planctonique est 20 fois plus étendue que sa surface terrestre. Chaque litre d’eau de mer contient de 10 à 100 milliard d’organismes, virus, bactéries, micro-algues, et micro-animaux, des communautés caractérisées par un taux de renouvellement très rapide, des interactions intenses, une ressource énorme de formes de vie et de composés bioactifs inexplorés.

Dans sa phase exploratoire, le projet OCEANOMICS s’appuie sur le succès de l’expédition Tara Oceans, l’expédition publique/privée qui a récolté des échantillons et données éco-morpho-génétiques dans 11 fractions de tailles couvrant l’ensemble des communautés planctoniques, des virus aux animaux, sur plus de 200 sites et 3 profondeurs à travers les océans.

OCEANOMICS propose une combinaison de protocoles de séquençage et d’imagerie à très haut débit pour extraire l’information de cette collection unique a plusieurs niveaux systémiques : ADN, ARN, et phénotypes. Des comparaisons de ces nouvelles données aux métadonnées environnementales et aux nouveaux génomes d’organismes planctoniques de référence séquencés dans le cadre du projet permettront une compréhension taxonomique, métabolique, et éco-systémique profonde de la structure, de la dynamique, et de l’évolution de la biodiversité planctonique.

En parallèle OCEANOMICS utilisera cette nouvelle connaissance pour des collaborations avec ses partenaires privés – ILLLUMINA, ALTRAN, VEOLIA, LEICA, GREENTECH, SOLIANCE, FERMENTALG – afin de:
(1) transférer les nouvelles technologies et méthodes de séquençage/imagerie haut débit à des études de cas en biomonitoring aquatique,
(2) procéder à du phénotypage d’échantillons environnementaux et de souches de choix pour l’analyse de leur lipides, métabolites secondaires, et exo-métabolomes,
(3) cribler des souches de choix pour leur composés bioactifs d’intérêt pharmaceutique, nutraceutique, en aquaculture, cosmétique, et dans les secteurs de l’agriculture et de l’environnement.

OCEANOMICS va aussi servir de cas d’étude pour définir un modèle juridique équilibré pour la bio-prospection du plancton marin. Mobilisant plusieurs centres de recherches français et internationaux majeurs (CNRS, UPMC, GENOSCOPE, ENS, EMBL),OCEANOMICS opérera à la croisée de plusieurs initiatives nationales et européennes, et sera ainsi un puissant catalyseur pour une entrée importante de la France dans la « révolution bleue ».

Coordination d’OCEANOMICS: Colomban de Vargas (c2vargas@gmail.com).