Les protistes mixotrophes présentent des biogéographies contrastées dans l’océan mondial

© G.Bounaud - C.Sardet / Soixanteseize - Fondation Tara Expéditions

Tara Oceans

Emile Faure, Fabrice Not, Anne-Sophie Benoiston, Karine Labadie, Lucie Bittner, Sakina-Dorothée Ayata

Publié le 14 Janvier 2019Voir en ligne (en anglais)

Faure et al., “Mixotrophic protists display contrasted biogeographies in the global ocean”, The ISME Journal, Nature (2019)

Résumé

La mixotrophie – capacité d’absorber du carbone organique, à la fois par autotrophie et hétérotrophie – est un trait écologique répandu chez les protistes marins. En se basant sur un jeu de données de metabarcoding du plancton marin de l’océan mondial, 318 054 metabarcodes mixotrophes, représentés par 89 951 866 séquences et appartenant à 133 lignées taxonomiques, ont été identifiés et classés en quatre types fonctionnels mixotrophes : constitutifs (CM), non constitutifs généralistes (GNCM), non constitutifs spécialistes endosymbiotiques (eSNCM) et non constitutifs spécialistes plastidiques (pSNCM). La mixotrophie est apparue omniprésente et les distributions des quatre mixotypes ont été analysées afin d’identifier les facteurs abiotiques façonnant leurs biogéographies. Des mixotrophes kleptoplastes (GNCM et pSNCM) ont été détectés dans de nouvelles zones, comparativement aux études morphologiques précédentes. Les mixotrophes constitutifs et non constitutifs ont montré des aires de distribution similaires. La plupart des lignées ont été trouvées de manière homogène dans les échantillons, mais certaines d’entre elles présentaient des distributions fortement contrastées, à la fois entre et au sein des différents mixotypes. Des biogéographies particulièrement divergentes ont été mises en évidence chez les mixotrophes endosymbiotiques, en fonction de leur capacité à former des colonies ou du mode de symbiose. Nous avons montré comment le metabarcoding peut être utilisé en complémentarité avec les précédentes observations morphologiques pour étudier la biogéographie des protistes mixotrophes et identifier les principaux facteurs la contrôlant.