Au fil des escales de Tara

Cartouche-AMLarzilliere

Enseignant référent : A.M. Larzillière, de l’école primaire Notre-Dame à Toulouse, dans l’académie de Toulouse

Problématique : Quelles sont les problématiques environnementales soulevées par Tara, au fil des escales ?

Résumé

Découverte du parcours (points à relier des escales, fiche des escales), découverte de la carte postale (description, problématique environnementale soulevée), découverte des activités humaines polluantes et les impacts sur l’environnement + sensibilisation aux gestes éco-citoyens ; débat ; trace écrite (fiche à compléter à partir des ressources d’Echos d’escale). Liens interdisciplinaires (art, vocabulaire en tahitien, littérature de jeunesse).

ExpPeda-20162017- AMLarzilliere-elevesautravail

Production finale

Malheureusement, pas cette année…

Déroulé du projet

Références au programme :

Cycle 2 ==> Langage oral : comprendre et s’exprimer ; Langage écrit : copier de manière experte ; Questionner le monde : connaître les caractéristiques du monde vivant (le corail) + découvrir un espace lointain (repérage sur un planisphère) + identifier des paysages (littoral, île) + comparer les modes de vie (traditions tahitiennes) ; EMC : développer une conscience écologique ; Arts plastiques (tableau de sable, Gaugin, Hokusai + écoute musicale (musique polynésienne)

Cycle 1 ==> L’oral : échanger et réfléchir avec les autres ; L’écrit : copier des mots ; Arts plastiques : réaliser des compositions ; Ecoute musicale ; Explorer le monde : découvrir le monde du vivant, représentations de l’espace (planisphère, globe).

Temporalité  : Rendez-vous mensuel avec la carte postale + art (ponctuellement)

Descriptif des séances : Cette année, avec ma classe à double-niveau GS-CP, nous n’avons approfondi que 3 escales (avec fiches), mais Tara était au rendez-vous mensuel sur toutes les escales pour un temps de langage oral, de questionnement. En partant simplement de la projection de la photo, après un temps de description, je leur demandais pourquoi Tara nous envoyait cette photo et quelle problématique environnementale cela pouvait soulever et s’en suivait un petit écrit. C’était à chaque fois un bonheur de découvrir leurs réponses souvent pertinentes, leur intérêt sur ces découvertes et leur sensibilité aux problèmes de pollution (“ben, moi, je viens toujours à l’école à pieds”).

Plus de détails dans ce document.

Ressources pédagogiques utilisées  : Opération “Echos d’escale”

Ce qui a marché : Les élèves sont très sensibles à la protection de l’environnement ; richesse et pertinence des échanges malgré leur jeune âge.

Ce qui a été difficile : RAS : tout passe en classe ! Frustration personnelle de ne pas pouvoir poursuivre sur le projet avec l’outil numérique pour réaliser un carnet de bord ou un livre numérique comme je l’ai fait précédemment avec Didapages (fait pour les précédentes expéditions Tara, depuis 2009…). Aujourd’hui, nous disposons de tablettes, mais je n’en ai pas encore trouvé une exploitation qui me convienne. A poursuivre..

Le conseil de l’enseignant : Tara, c’est de la science (découverte du monde sous-marin, magique avec le plancton) mais aussi du rêve dans les yeux des enfants (le voyage, les océans). Les enfants (et leur maîtresse) s’attachent au bateau ! Depuis 2009, mêmes problématiques (plancton, pollution..) mais toujours un renouvellement en fonction des parcours. Finalement, nous sommes comme les scientifiques, on ne sait pas à l’avance ce que l’expédition nous amènera comme découvertes. Même démarche que les scientifiques aussi : l’expédition suscite le questionnement. Tara est aussi un support motivant pour les apprentissages dans l’interdisciplinarité : projet porteur de sens. Pour finir, je citerai les élèves “Est-ce qu’on fait Tara aujourd’hui ?” et les plus grands ayant “fait” Tara constatent en passant la tête dans la classe “Tu fais encore Tara ?”.

 

Voyage avec Tara

Cartouche-IOstre

Enseignant référent : Mme I.Ostre, de l’école primaire de Colroy-la-Roche, dans l’académie de Strasbourg.

Problématique : Qui vit dans les mers chaudes ? Qu’est-ce que la barrière de corail ? Pourquoi l’expédition Tara l’étudie ?

Résumé  

En partant de la fonte de la banquise, nous avons suivi TARA dans les îles pour constater ce qui se passait dans les océans : découvrir la barrière de corail, les conséquences du réchauffement climatique, le plastique en mer. Découverte de la Polynésie Et chez nous ? Où va l’eau ? Où vont les déchets jetés dans la nature ? Ce projet a été mené en commun avec la classe de CM1/CM2 de Mme Griesbaecher, de la même école. Les plus grands ont traité les mêmes problématiques, mais de façon plus précise, en suivant l’expédition TARA tout au long de l’année. Ce fut très enrichissant dans toutes les disciplines scolaires tant au niveau scientifique, géographique, littéraire que culturel.

Production finale

Créations plastiques et spectacle de fin d’année, en commun avec les élèves de CM1 et CM2 :  le spectacle dansant et chantant raconte l’histoire d’un pingouin qui voyage en Polynésie. Les CM ont fait une démonstration de HAKA et CAPOUERA, les deux classes ont dansé sur des chansons tahitiennes. A la fin, le pingouin a trop chaud et rentre chez lui (Credit des photos: I/Ostre).

ExpPeda-20162017-IOstre-Spectacle

ExpPeda-20162017-IOstre-CreationsPlastiques

ExpPeda-20162017-IOstre-CreationsPlastiques-4 ExpPeda-20162017-IOstre-CreationsPlastiques-3 ExpPeda-20162017-IOstre-CreationsPlastiques-2

Déroulé du projet

Temporalité  : 30 à 45 min par jour

Descriptif des séances : lectures / arts plastiques / chansons / vidéo.

Ressources pédagogiques utilisées  : les photos du mois de Echos d’Escales, le documentaire “Océans, le mystère plastique”, des livres documentaires adaptés au cycle 1 et des albums de littérature de jeunesse.

Ce qui a marché : Associer la mascotte de la classe au projet / associer un spectacle / étudier l’environnement proche de l’école / visiter un zoo

Ce qui a été difficile : Les ressources de Tara à réadapter au cycle 1

Le conseil de l’enseignant : A faire car très enrichissant !