L’équipe scientifique a recours à des organismes filtreurs, des moules, placées dans des nasses dans les estuaires